Tout savoir sur l’aromathérapie


Classée parmi les médecines non-conventionnelles, l’aromathérapie est considérée comme une branche de la phytothérapie. Son nom est obtenu du grec « arôma » ou arome et « therapeia » qui signifie soin. D’après cette terminologie, on peut définir l’aromathérapie comme une thérapie à base de composés aromatiques des plantes. Plus clairement, elle utilise les huiles essentielles comme unique ingrédient pour le traitement des maux. Retrouvez dans ce dossier l’essentiel à comprendre sur cette forme de médecine douce.




L’aromathérapie, son origine


On a longtemps confondu l’histoire de l’aromathérapie avec celle de la phytothérapie. Toutes les deux sont basées sur l’exploitation des vertus des végétaux, mais sont tout de même différentes de par leur principe de fonctionnement.

En ce qui concerne l’aromathérapie proprement dit, elle est pratiquée depuis des millénaires. En Chine et en Inde, des vestiges de dispositifs d’extraction et de distillation vieux de plusieurs millénaires ont été découverts. En Egypte, on a constaté que les gens utilisaient depuis une certaine époque des extraits de plantes. Les écrits de Dioscoride confirmaient en outre que l’aromathérapie est déjà connue bien longtemps en Grèce.

Si la pratique date des millénaires, le mot aromathérapie est pourtant récent. En effet, c’était un chercheur de renom dans le domaine de la parfumerie, René-Maurice Gateffossé qui a participé à la naissance de ce terme. Alors qu’il faisait ses recherches en laboratoire, le parfumeur s’est brûlé sévèrement les mains et tenta de se soigner en utilisant des méthodes de médecine contemporaine.

Aucun médecin ni médicament n’a pu le guérir. Il a fini par être touché par une gangrène gazeuze. Il n’a pas baissé les bras. Sans rien espérer, il mit de l’huile essentielle de lavande sur ses plaies. Grande fut sa surprise, car ces dernières se furent rapidement cicatrisées et l’infection s’est arrêtée. Il a tout de suite conclu que l’huile essentielle qu’il a utilisée possède vraiment des propriétés cicatrisantes et antiseptiques. Depuis cet instant, Gattefossé a passé la majeure partie de son temps à étudier les vertus des huiles essentielles.

L’aromathérapie est aujourd’hui une pratique connue dans le monde entier. Les aromathérapeutes se multiplient. Et les patients qui font recours à cette forme de thérapie ne cessent de croître.



Le principe de l’aromathérapie

Cliquez sur l'image pour découvrir l'aromathérapie au quotidien
Selon la definition aromatherapie, cette forme de thérapie exploite seulement les extraits aromatiques des plantes, c’est le point qui le distingue de la phytothérapie.

Rappelons que cette dernière utilise tous les organes de la plante comme moyens de traitement thérapeutique. En aromathérapie, on peut faire usage de trois types d’extraits à savoir l’essence, l’hydrolat aromatique et l’huile essentielle. 
  • Essence - Il s’agit d’une substance aromatique que l’on trouve dans les organes d’une plante. On peut l’extraire dans les fruits, les fleurs, le feuilles, les graines, l’écorce, ou encore la racine. L’extraction se fait par pression et l’essence obtenue ne fera pas l’objet d’une distillation. 
  • Huile essentielle - Il s’agit de la forme d’extrait la plus employée dans la pratique de l’aromathérapie. Elle peut être également extraite des différentes parties des plantes.
  • Hydrolat - Quand on extrait les huiles essentielles de l’eau distillée à l’issue de la distillation, on obtient ce que l’on appelle hydrolat. Même si elle ne contient qu’une très faible quantité d’huile essentielle, cette substance aromatique est aussi utilisée en aromathérapie.

Pour se soigner avec l'huile essentielle, il faut cependant bien connaitre les principes actifs des produits utilisés, ainsi que leur dosage. Seul un spécialiste des huiles essentielles, un aromathérapeute est capable d’indiquer à son patient le bon extrait ainsi que la bonne dose à utiliser.




L’huile essentielle en aromathérapie

soulager la douleur grace aux huilles essentielles
Comme on l’a déjà évoqué un peu plus haut, l’huile essentielle est l’extrait aromatique des plantes le plus couramment employé en aromathérapie. Mais comment est-elle obtenue ? Comment l’utiliser ? Quelles sont les applications les plus courantes ? Comment fonctionne-t-elle et quelles sont ses vertus ?  


Comment est obtenue l’huile essentielle ?

Il existe différentes manières d’obtenir de l’huile essentielle, en voici les plus connues :

  • - Distillation à la vapeur d’eau
C’est la méthode la plus courante pour fabriquer de l’huile essentielle. De l’eau est bouillie dans une chaudière, la vapeur d’eau dégagée sera conduite vers l’alambic contenant le matériel végétal à distiller. Une fois chargée d’essence, la vapeur traverse de l’eau froide et se condense en se refroidissant pour se transformer en liquide. Ce dernier passe dans une vase de décantation. C’est dans ce récipient que l’huile essentielle se sépare de l’eau aussi appelée hydrolat.

  • - Hydro-distillation
Le procédé est à peu près le même que la méthode de la distillation à la vapeur. Ce qui le distingue, la plante et l’eau sont placés directement dans le même récipient. Cette technique permet d’obtenir de l’huile essentielle moins concentrée. Les composants biochimiques de l’huile peuvent augmenter ou diminuer en raison de l’entrainement partiel par la vapeur d’eau.

  • - Expression
La technique de fabrication d’huile essentielle par expression concerne seulement les citrons, les pamplemousses, les oranges et autres types d’agrumes. L’huile essentielle est obtenue par broyage mécanique à froid des zestes. Ce procédé permet d’obtenir une essence de bonne qualité.

  • - Extraction par CO2
C’est sûrement la plus moderne des méthodes d’extraction d’huile essentielle. La matière obtenue est d’une qualité optimale. Les sacs d’arômes des plantes s’éclatent de façon naturelle en faisant traverser le végétal par un courant de CO2. L’huile extraite via ce procédé est généralement biologique. Elle présente presque les mêmes caractéristiques que l’essence originelle de la plante dont elle est issue.


Modes d’utilisation de l’huile essentielle en aromathérapie

On peut tirer profit des des propriétés des huiles essentielles par aromathérapie de différentes manières :

  • - Par diffusion atmosphérique
Il faudra ainsi se servir d’un diffuseur à parfum. Pour éviter que l’huile nuise au lieu d’apporter ses bienfaits, il est préférable de ne pas dépasser les 10 minutes par heure lorsque vous utilisez cette technique.

  • - Par inhalation humide
Il faut prendre un récipient d’eau chaude et y verser quelques gouttes d’huile essentielle de votre choix. Il ne reste plus qu’à inhaler la vapeur dégagée.

  • - Par inhalation sèche
Cette méthode consiste à verser quelques gouttes d’huile essentielle sur le poignet ou encore un mouchoir. À tout moment, vous pouvez aspirer l’odeur parfumée pour tirer parti de ses vertus. 

  • - Par massage
Il est aussi possible d’utiliser l’huile essentielle en massage. Pour cela, il faut la diluer avec une crème hydratante. Il est important de préciser que l’utilisation de certains types d’huiles essentielles non diluées peut présenter des dangers pour la peau.

  • - Par le bain
On peut aussi profiter des vertus thérapeutiques de l’huile essentielle en la mélangeant avec du savon liquide et l’eau du bain. La dilution est nécessaire pour favoriser l’absorption par la peau des principes actifs de l’HE.

  • - Par voie orale
L’huile essentielle existe sous forme de gélules et peut être consommée sous forme d’infusion. Il est également possible de l’utiliser en cuisine pour parfumer les plats. Sachant que certaines huiles sont très toxiques, il est préférable de demander l’avis d’un spécialiste avant d’utiliser tel ou tel type d’huile essentielle par voie orale.

  • - Par voie rectale
Des suppositoires à base d’huile essentielle sont disponibles sur le marché. Ils sont formulés pour les enfants et nourrissons souffrant de pathologies aigues, ainsi que pour les personnes présentant des muqueuses digestives fragiles ou une intolérance aux huiles essentielles par voie orale.


Les applications courantes de l’huile essentielle

- Automédication
L’huile essentielle fait partie du quotidien de nombreuses personnes. Les gens en prennent en automédication pour trouver confort, relaxation et tranquillité. Il est aussi connu que de nombreuses personnes s’en servent pour trouver le sommeil. 

- Médecines traditionnelles
L’huile essentielle est un composant essentiel de plusieurs médecines traditionnelles, dont l’Ayurveda (médecine traditionnelle indienne). Elle est aussi très présente dans la médecine traditionnelle chinoise.

- Psychologie
L’huile essentielle est aussi très utilisée en psychologie pour traiter le mal-être et éliminer le blocage. Ici on parle plutôt d’olfactothérapie ou la thérapie par les arômes des huiles essentielles. 

- Médecine conventionnelle
En médecine conventionnelle, l’huile essentielle est utilisée pour la désinfection. Elle permet d’améliorer la cicatrisation des plaies, de traiter les brûlures et autres traumatismes. Il est aussi possible de l’associer à un traitement médical chronique.

- Dermatologie et cosmétique
L’huile essentielle entre dans la composition de nombreux produits dermatologiques (crème, gel, lotion, pâte, beurre…) et cosmétiques (shampooing, savon, crème...). 


Le fonctionnement des huiles essentielles pour guérir

L’huile essentielle doit entrer dans l’organisme (voie orale, voie rectale, voie transcutanée, inhalation), puis dans le sang pour arriver vers les foyers nécessitant un traitement. Dans le cas où elle est utilisée par diffusion atmosphérique, l’huile essentielle est capable d’enclencher la sécrétion de substances immunitaires et la production d’hormones grâce à des signaux olfactifs qu’il envoie au système limbique du cerveau.


Huile essentielle pure, diluée ou associée à d’autres huiles

Les remedes huiles essentielles peuvent être utilisées pures, diluées ou associées à d’autres huiles :

- Huile essentielle pure
Certaines huilles essentielles peuvent être appliquées pure sans additifs sur la peau. C’est le cas de l’huile essentielle de lavande aspic, l’huile essentielle de lavande fine et l’huile essentielle d’hélicryse.
Beaucoup d'huiles essentielles sont capables de causer des irritations ou des lésions cutanées si elles sont utilisées pures, c'est pour cela qu'elles sont le plus souvent diluées.

- Huile essentielle diluée
En médecine, le taux de dilution peut s’élever au 1/5.  En cosmétologie, l’utilisation de la plupart des huiles essentielles doit respecter un coefficient de dilution au 1/10, 1/20 ou 1/100. De l’huile végétale ou de l’excipient lipophile sont les produits les plus recommandés pour diluer l’huile essentielle à utiliser en massage. L’usage de la plupart des huiles essentielles exige une dilution, c’est le cas de l’huile essentielle d’ylang ylang, l’huile essentielle de menthe poivrée, l’huile essentielle de ravintsara, l’huile essentielle de gaulthérie

- Associée
Les propriétés de certaines huiles essentielles sont décuplées si elles sont mélangées avec d’autres. Seul un véritable aromathérapeute peut composer des formules fiables et sans danger pour la santé ou la peau de l’utilisateur.  



Les vertus des huiles essentielles

L'aromathérapie au service de votre beauté
Il faut bien noter que chaque type d’huile essentielle a ses propres vertus et propriétés. En voici une liste des bienfaits (non exhaustive) que l’on peut en tirer de l’utilisation des huiles essentielles.
- apaise les douleurs (analgésique)
- combat contre les bactéries (antibiotiques)
- soigne la dépression (antidépresseur)
- enlève l’envie de vomir
- combat l’inflammation (antiinflammatoire)
- guérit les douleurs spasmodiques de l’utérus et de l’intestin
- diminue la transpiration (antisudorale)
- élimine les toxines du corps (antitoxique)
- empêche l’action et le développement des virus (antiviral)
- booste la libido (aphrodisiaque)
- rend les tissus toniques (astringent)
- évacue les gaz intestinaux
- accroit la sécrétion biliaire
- favorise la cicatrisation
- chasse les mauvaises odeurs
- purifie le sang
- améliore la digestion
- favorise la production d’urine
- rend les règles régulières
- supprime l’excédent de mucus dans les bronches
- diminue la fièvre
- lutte contre les champignons (fongicide)
- stimule la production de lait chez la mère
- assure le bon fonctionnement du foie
- augmente ou diminue la pression sanguine
- renforce le système immunitaire
- rend le système nerveux plus tonique
- enlève le stress
- libère de l’adrénaline et booste l’énergie
- stoppe l’hémorragie externe
- rend le corps plus tonique
- contracte ou dilate les petits vaisseaux sanguins



Traitement et conservation des huiles essentielles

Pratiquer l'aromatherapie dans son quotidien
Tout comme les médicaments, les huiles essentielles connaissent aussi des dates de péremption. Au bout de 3 à 5 ans, des substances dangereuses peuvent se former dans le flacon. Une mauvaise conservation peut aussi dégrader la qualité de l’huile et lui faire perdre toutes ses propriétés. En général, les instructions d’utilisation et de conservation sont inscrites sur l’emballage. Quoi qu’il en soit, il est recommandé d’éloigner le produit de toutes sources de chaleur, lumière, air. Il est inutile de le conserver au réfrigérateur. La meilleure façon de la conserver, c’est de le glisser dans son carton d’emballage après chaque utilisation, puis le placer dans un placard à l’abri des enfants.

Aromathérapie : Les risques majeurs d’un surdosage ou mauvaise utilisation


Les mauvaises utilisations des huiles essentielles

L’inhalation, la consommation, l’application cutanée de l’huile essentielle a un effet sur le métabolisme. Celui-ci peut être bénéfique ou dangereux. En effet, un surdosage ou une mauvaise utilisation des huiles essentielles peuvent présenter des risques graves sur la santé. Voilà pourquoi, il est hautement recommandé de suivre les indications d’un spécialiste avant l’usage de ce genre produit.

Pour chaque type d’huile essentielle, il y a d’ailleurs une durée de prise et un dosage à respecter en fonction des effets recherchés et l’âge de l’utilisateur. De toutes les manières, il est formellement interdit d’ingérer de l’huile essentielle à la cuillère, mais toujours par gouttes. Selon l’ANSM (L'Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé), l’utilisation de l’huile essentielle ne doit pas durer dans le temps sans l’avis d’un médecin.

Il est aussi connu que l’utilisation de certains types d’huiles essentielles (pamplemousse, ginkgo, millepertuis) peut rendre inefficace certains traitements médicamenteux. Des recherches ont aussi permis de savoir que l’huile essentielle de thuya et de l’absinthe risque de faire des dommages sur le système nerveux. L’ingestion pure de l’huile essentielle est aussi contre indiquée, car peut entrainer le dysfonctionnement ou la dégradation de certains organes, voire la mort.


Les propriétés dangereuses des huiles essentielles

Les huiles essentielles sont des produits miraculeux, mais cela n’empêche pas qu’elles puissent aussi être dangereuses. On leur attribue d’ailleurs des propriétés à même de nuire :

- vésicante (irrite gravement la peau et les muqueuses)
- nécrosante (cause la mort des cellules)
- allergisante (provoque des réactions allergiques)
- neurotoxique (agit comme un poison pour le système nerveux)
etc.


Les huiles classées toxiques

L’usage de certaines huiles essentielles est réservé à des spécialistes ou nécessite l’accompagnement d’un aromathérapeute. La cause, c’est qu’elles peuvent être vraiment dangereuses si utilisées de façon non adaptée. C’est le cas de :

- l’huile essentielle d’amande amère
- l’huile essentielle d’anis vert
- l’huile essentielle d’arnica
- l’huile essentielle de bouleau jaune
- l’huile essentielle d’estragon
- l’huile essentielle de camphre
- l’huile essentielle de menthe pouliot
- l’huile essentielle de thuya
- l’huile essentielle de sauge officinale
- l’huile essentielle de moutarde



Réglementation relative aux huiles essentielles

Aucune règlementation précise n’encadre pour l’instant l’utilisation des huiles essentielles ni la pratique de l’aromathérapie. Cependant, il en existe pour la vente. En effet, les huiles destinées à un usage thérapeutique doivent être contrôlées en tant que produits de consommation, au même titre que les compléments alimentaires et les médicaments. Ce qui n’est pourtant pas le cas des huiles destinées à un usage cosmétique ou en parfumerie. Autrement dit, vous ne pouvez pas vous servir d’une huile essentielle procurée dans une boutique de cosmétique ou achetée parfumerie, pour préparer vos plats ou pour vous soigner.



Recours à l’aromathérapeute

L'aromathérapie au service de votre beauté
En aromathérapie, il est impossible de faire de l’automédication. Comme il est évoqué un peu plus haut, le moindre surdosage peut entrainer d’importants dégâts sur l’organisme. Voilà pourquoi, avant de se servir de ces huiles, il est conseillé de passet par « l’aromathérapeute »

Cliquez ici et découvrez la formation d'Alain Huot sur l'aromathérapie familialle.

Rôle de l’aromathérapeute

L’aromathérapeute est un spécialiste qui possède une bonne connaissance des caractéristiques ainsi que des propriétés de chaque huile essentielle. Il est le seul à pouvoir conseiller les gens sur l’utilisation et le choix de l’huile adaptée à leur état de santé et aux effets recherchés. Il ne peut pas émettre des conseils sur l’utilisation des huiles essentielles dans le domaine de la beauté ou cosmétique. Par contre, il peut fournir des recommandations à ceux qui souffrent de maux du quotidien : fatigue, douleurs musculaires, douleurs articulaires, problèmes cutanés, migraines, stress…Il lui incombe d’apprendre à ses clients le mode d’utilisation des huiles essentielles. Il est le seul à bien savoir si une huile peut être utilisée par exemple par inhalation ou non.

Formation de l’aromathérapeute

C’est souvent le phytothérapeute qui devient aromathérapeute après spécialisation. La formation aromathérapie enseigne l’histoire, les spécificités, les qualités, l’utilisation, la posologie, le mode d’administration, les limites d’application, la conservation, le traitement des huiles essentielles aux futurs aromathérapeutes. La formation huiles essentielles n’est pourtant pas validée par un diplôme d’Etat. Il est possible de s’autoproclamer aromathérapeute après seulement quelques jours de formation.

Le déroulement d’une consultation en aromathérapie

Certes, vous n’êtes pas obligé de consulter un aromathérapeute pour vous procurer de l’huile essentielle. Cependant, pour éviter tout risque d’intoxication, ceci vous est hautement recommandé. Seule une consultation chez l’aromathérapeute vous aidera à savoir si l’huile essentielle suffira pour vous soigner de vos maux, ou si elle ne peut agir qu’en complément d’un traitement médicamenteux. Comme chez le médecin et tout autre thérapeute, un diagnostic cutané est effectué avant la prescription d’un traitement. Ceci permettra de mesurer votre tolérance. Une consultation aromathérapeutique dure en moyenne 30 à 45 minutes.

Aromathérapie pour qui ?

Tout le monde peut tirer profit de l’aromathérapie et bénéficier des bienfaits de l’huile essentielle à condition de respecter une certaine posologie et mode d’utilisation. En raison du fait qu’elle peut passer par le placenta et compromettre le développement du fœtus, son usage est pourtant interdit chez les femmes enceintes. La contre-indication de l’huile essentielle durant l’allaitement s’explique par son passage dans le lait. Il faut aussi savoir que son utilisation est contrindiquée chez les personnes épileptiques.


Tout savoir sur l’aromathérapie